unir


unir

unir [ ynir ] v. tr. <conjug. : 2>
• v. 1190; lat. unire, de unus « un »
I AMettre avec ou mettre ensemble de manière à former un tout.
1Mettre ensemble (les éléments d'un tout) (rare en emploi concret). agréger, assembler, confondre, fondre, fusionner, mêler, réunir, souder. Unir une province à un pays. annexer. « La conquête peut attacher ensemble, enchaîner des parties hostiles, mais jamais les unir » (Michelet).
2Faire exister, faire vivre ensemble (des personnes). « La destinée unit brusquement [...] ces deux existences déracinées » (Hugo). Spécialt (XVIIe) Unir deux jeunes gens. Le prêtre qui les a unis. marier.
(1538) Constituer l'élément commun, la cause de l'union entre (des personnes). assortir, joindre, lier, rapprocher, rassembler, réunir. Ce qui unit : affinité, lien, rapport. Sentiment qui unit deux êtres, un être à un autre, et un autre. L'affection, l'amour, l'intérêt qui les unit. L'amitié « qui m'unissait à Pierre Louÿs » (A. Gide). « Les choses qui unissent les citoyens, et entre eux et avec leur patrie » (Bossuet). « La grandeur d'un métier est peut-être [...] d'unir des hommes » (Maurois). « une pauvre méthode trop connue : “Retenons ce qui nous unit; oublions ce qui nous divise” » (Alain). Un certain romantisme « les unissait en une sorte de caste » (Martin du Gard).
3(XVIIe) Associer par un lien politique, économique; faire l'union de. Unir deux États, deux pays, deux provinces... allier, fédérer, réunir.
Constituer un principe d'union pour. « Le lien fédéral qui unit les parties d'un vaste empire » (Brissot) .
4Mettre en communication; faire se toucher. joindre, rapprocher, réunir. « le lichen tenace qui s'identifie avec le rocher unit le minéral à la plante » (Nodier). Unir des mots pour former des phrases. agencer, associer.
Constituer un élément de liaison avec. « D'énormes trottoirs de planches les unissent [les maisons] les unes aux autres » (Gobineau).
5Spécialt Relier par un moyen de communication. 1. desservir. Ligne aérienne qui unit deux continents.
BAvoir, posséder à la fois (deux ou plusieurs caractères nettement différents et souvent en opposition). ajouter, allier, associer, joindre. Il unit la force à la douceur. « Le drame, unissant les qualités les plus opposées » (Hugo). Cette façon de dire « facile, heureuse, unissant le familier au rare » (Duhamel). C(1539; de uni) Rare Rendre uni. aplanir, égaliser, polir. Unir une surface, une teinte. II ♦ S'UNIR v. pron. A(Récipr.)
1Ne plus former qu'un tout. se fondre, fusionner, se joindre, se mêler. « Une foule d'organismes élémentaires distincts, qui s'unissent, se soudent et se groupent » (Cl. Bernard). Rivières qui s'unissent en mêlant leurs eaux ( confluer) .
2(Personnes) Vx Former une union. S'unir, puis se brouiller. Spécialt (par l'union sexuelle) « les mâles et les femelles s'unissaient fortuitement, selon la rencontre » (Rousseau). s'accoupler. Ils se sont unis avec passion, dans une étreinte fougueuse.
Mod. Faire cause commune. s'associer, se coaliser, se solidariser; se liguer. « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous » (Manifeste communiste). S'unir contre l'envahisseur, contre l'ennemi; pour une cause (cf. Faire bloc).
3S'associer politiquement, économiquement. États, nations qui s'unissent.
B(Pass.)
1Se trouver ensemble, de manière à former un tout. se joindre; adhérer. « Les cellules fixes, qui s'unissent pour former les organes » (Carrel). Couleurs qui s'unissent harmonieusement. s'associer.
2(Abstrait) Sujets, idées qui s'unissent sans peine. s'enchaîner, se marier.
C(Réfl.) S'UNIR À..., AVEC...
1S'unir à, avec qqn. S'unir avec des amis pour former une association. « Chacun s'unissant à tous » (Rousseau). S'attacher par des liens affectifs, par le mariage. « des filles qui s'unissent à des bourgeois » (Nerval).
2 Se trouver avec, en même temps que. Les acteurs, « dont l'art difficile s'unit à celui du poète dramatique » (Vigny). « cette vivacité de geste et de parole qui s'unit [...] à une nonchalance pleine de grâce » (Hugo).
⊗ CONTR. Désunir; disjoindre, diviser, isoler, opposer, séparer.

unir verbe transitif (latin unire, de unus, un seul) Mettre des choses ensemble, de façon à constituer un tout : Nous pourrions unir nos efforts. Établir ou constituer un moyen de liaison, de communication : Les lignes aériennes qui unissent l'Europe et l'Amérique. Établir entre des pays, des groupes des liens politiques, économiques, administratifs : Des pays qu'unit une certaine solidarité économique. Marier deux personnes : Le maire unit les deux jeunes gens. Lier des personnes, des groupes, établir entre eux une alliance par des liens de parenté, d'intérêt, etc. : Ce mariage a uni deux familles d'origines très différentes. Établir entre des personnes, des groupes une communauté de sentiments, de pensées, de comportements : Un même amour de la musique les unissait. Renfermer conjointement des qualités différentes : Unir en soi de nombreuses contradictions.unir (citations) verbe transitif (latin unire, de unus, un seul) Bible Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Eh bien ! ce que Dieu a uni, l'homme ne doit point le séparer. Évangile selon saint Matthieu, XIX, 6 Aldous Huxley Godalming, Surrey, 1894-Los Angeles 1963 Ce que l'homme a uni, la nature est impuissante à le séparer. What man has joined, nature is powerless to put asunder. Brave New World, 2 Karl Marx Trèves 1818-Londres 1883 Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! Proletarier aller Länder, vereinigt euch ! Fin du Manifeste du parti communiste Commentaire C'est sur cette adjuration que se termine le Manifeste du parti communiste, de Karl Marx et Friedrich Engels, publié à Londres en 1847 et bientôt traduit dans toutes les langues. « Les communistes ne s'abaissent pas à dissimuler leurs opinions et leurs projets. Ils proclament ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le renversement violent de tout l'ordre social passé. Puissent les classes dirigeantes trembler à l'idée d'une révolution communiste ! Les prolétaires n'ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! » ● unir (difficultés) verbe transitif (latin unire, de unus, un seul) Construction 1. Unir demande un complément pluriel : unir deux choses ; unir une chose et une autre. 2. Unir à / avec. Dans un sens concret, on emploie indifféremment l'une ou l'autre préposition : unir un mot à un autre, avec un autre. Dans un sens abstrait, on dit plutôt unir à : unir l'utile à l'agréable ; unir la beauté au talent. - À la forme pronominale, on dit plutôt s'unir avec : s'unir avec un voisin, s'unir d'amitié avec qqn. Toutefois, il n'est pas rare de trouver s'unir à : « Le pâle hortensia s'unit au myrte vert »(G. de Nerval). Emploi Recommandation Éviter unir ensemble, qui fait pléonasme. ● unir (homonymes) verbe transitif (latin unire, de unus, un seul)unir (synonymes) verbe transitif (latin unire, de unus, un seul) Mettre des choses ensemble, de façon à constituer un tout
Synonymes :
Contraires :
- désagréger
Établir ou constituer un moyen de liaison, de communication
Synonymes :
- réunir
Contraires :
- séparer
Lier des personnes, des groupes, établir entre eux une alliance...
Synonymes :
Contraires :
- fâcher
Établir entre des personnes, des groupes une communauté de sentiments...
Synonymes :
Contraires :
- désolidariser
- désunir
- détacher
Renfermer conjointement des qualités différentes
Synonymes :

unir
v.
rI./r v. tr.
d1./d Joindre de manière à former un tout. Unir un territoire à un autre.
d2./d établir une liaison entre (des choses). Unir deux mots par une conjonction de coordination. Canal qui unit deux mers.
d3./d Créer un lien d'affection, d'intérêt, de parenté entre (des personnes, des groupes). C'est l'amitié qui les unit.
|| Spécial. Unir un homme et une femme, les marier.
d4./d Allier, associer en soi (des caractères dissemblables). Il unissait l'intelligence de l'esprit à celle du coeur.
rII./r v. Pron. Se joindre, s'associer.
Spécial. Se marier.

⇒UNIR, verbe trans.
I. — Empl. trans. dir.
A. — Mettre ensemble deux ou plusieurs éléments de façon à former un tout ou à ne faire qu'un.
1. [Les compl. désignent des animés] Qqn1 unit qqn2 à/avec/et qqn3
a) ) Faire exister ensemble des personnes ou leur vie, leur destinée, de façon à ne faire qu'un. Synon. accorder, assembler, réunir ; anton. éloigner, séparer. Être uni à Dieu, à qqn par le cœur; (être) unis par l'amitié, par l'amour, par un lien, par des liens de, par des rapports, par le sang:
L'être en état de grâce, comme il ne cesse pas d'être uni au Christ, s'il vient à subir le martyre, comme il ne cesse pas d'être en état d'assentiment à son Créateur, participe à la même passion et en dilate sur tout ce qui l'entoure la vertu d'expiation et de rachat.
CLAUDEL, Nuit Noël, 1915, p. 576.
Absol. Justement, parce qu'Il est Celui qui unit, il [Jésus] est aussi Celui qui trie, qui sépare, et qui juge. Il y a le bon grain, dans l'Évangile, et les brebis, et la droite du Fils de l'homme, et la salle du festin nuptial, et le feu qui embrase de joie. Mais il y a aussi l'ivraie; il y a les boucs; il y a la gauche du Juge (TEILHARD DE CH., Milieu divin, 1955, p. 187).
— [Le suj. désigne la nature, la cause de l'union des pers.] Qqc. unit qqn1 à/avec qqn2. Lien qui unit les hommes, les membres d'un groupe; lien(s), parenté, rapports qui unissent des personnes; sentiment, sympathie qui unit des personnes; unir les cœurs, les âmes; lien qui unit l'individu à la société, à un groupe; solidarité qui unit (des hommes). L'horreur du mal unit à Dieu, car Dieu a le mal en horreur (JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 139).
) En partic. Marier.
♦ [Avec compl. au plur. désignant les membres du couple, ou au sing. désignant le couple lui-même] Il disait: « Il va nous unir, comme mari et femme » (VERCORS, Sil. mer, 1942, p. 37). À quelque temps de là, je ceignis pour la première fois mon écharpe en vue d'unir le nouveau couple (GIDE, Feuillets d'automne, 1949, p. 1094).
♦ [Avec compl. au sing.] Qqn1 unit qqn2 à/avec/et qqn3. Vatard crut que sa réponse aux propositions d'unir Désirée avec Auguste était cause de ces bourrasques (HUYSMANS, Sœurs Vatard, 1879, p. 199). Ainsi vous avez envisagé d'unir votre fille à ce révolutionnaire? (R. CHAR, Trois coups sous les arbres, 1985 [1967], p. 1004).
Absol. L'ancien blason du notariat exprimait pittoresquement ce pouvoir d'unir qu'a le notaire: c'étaient deux mains l'une dans l'autre (GOZLAN, Notaire, 1836, p. 34).
— [Le suj. désigne qqc.] Les fiancés échangent devant le prêtre le oui qui les unit (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 152).
) Créer l'entente, la concorde. Synon. accorder, rapprocher, rassembler, réunir; anton. diviser. Être étroitement, intimement unis. Qu'aucune force au monde ne dresse plus jamais les uns contre les autres ces Français que, dans la Résistance, le général de Gaulle a unis (MAURIAC, Bâillon dén., 1945, p. 391).
Absol. L'absence unit et désunit, elle rapproche aussi bien qu'elle divise, elle fait se souvenir, elle fait oublier (FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 16).
b) [Les compl. désignent un ou plusieurs États, des pers. physiques ou morales] Qqn1 unit qqn2 à/et qqn3. Associer politiquement ou économiquement. Synon. allier, annexer, fédérer, réunir. François Ier, d'après la prière des États assemblés à Vannes, unit, par édit publié à Nantes en 1532, le duché de Bretagne à la couronne de France, garantissant à ce duché ses libertés et privilèges (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 196). En 1786, par un traité de commerce qui sera un des griefs des États Généraux contre la monarchie (...), le gouvernement de Louis XVI voulut réconcilier les deux pays, les unir, les associer par les échanges (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 15).
c) Rare. [Le suj. désigne une entité concr.] Lier matériellement. Ils allaient du même pas, obligés de se presser l'un contre l'autre, de cette allure gênée, maladroite, spéciale aux prisonniers que la chaîne unit par le bras et entrave (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 461).
2. [Les compl. désignent des inanimés] Qqn1/qqc.1 unit qqc.2 à/avec/et qqc.3
a) ) Mettre ensemble pour former un tout. Synon. additionner, adjoindre, agglutiner, agréger, amalgamer, fondre, fusionner, joindre, lier, mélanger, mêler, réunir, raccorder; anton. désagréger, disloquer, distinguer, séparer, trier. On unit l'eau-de-vie au sucre et aux parfums, pour (...) en faire des potions qu'on appelait, suivant l'usage du temps, potions cordiales (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 277).
) [Le suj. désigne une ou des pers.; les compl. désignent des entités abstr.] Mettre en relation, en communication. Synon. associer, joindre, rapprocher, relier, réunir; anton. disjoindre, dissocier. Unir des idées. Dans tous ces monastères on a travaillé à unir les lettres anciennes avec les doctrines chrétiennes (BARRÈS, Cahiers, t. 12, 1919, p. 104). Je veux unir la pensée et son contenu, sortir avec élégance d'une contradiction pour laquelle les artistes n'ont encore trouvé que des solutions grossières (J. BOUSQUET, Trad. du sil., 1936, p. 117).
♦ [P. méton.; le suj. désigne le lien] Relations qui unissent des choses, des personnes à des choses. Tout s'harmonise dans la nature; des rapports secrets unissent l'aigle et le brin d'herbe, les anges et nous dans l'ordre de l'intelligence (E. DE GUÉRIN, Journal, 1838, p. 200).
— [Le compl. d'obj. désigne des mots] Synon. agencer, associer, attacher, combiner. Ma pensée grelotte encore avec une incohérence sénile, incapable d'unir deux mots, tant j'ai eu froid en voyage (MALLARMÉ, Corresp., 1865, p. 191).
♦ [P. méton.; le suj. désigne une entité abstr.] Il y a donc dans toutes les langues (...) des prépositions (...) dont la fonction est d'unir un nom ou un adjectif, à un autre nom qui lui sert de complément (DESTUTT DE TR., Idéol. 2, 1803, p. 116).
— [Le compl. d'obj. est un subst. sing. coll.] Puis donc qu'on [Bergson] ne nie pas l'extériorité réciproque des parties de l'espace, il faudrait chercher à unir cette multiplicité homogène (HAMELIN, Élém. princ. représ., 1907, p. 121).
) [Le suj. au plur. désigne des pers.; le compl. d'obj. au plur. désigne souvent des attributs des pers., à valeur réciproque, précédé souvent d'un adj. poss.] Mettre en commun en vue d'un but déterminé. Synon. conjuguer, joindre, rassembler. Unir les compétences, leurs efforts, leurs forces, leurs voix. Ils se sont rencontrés en route et ont uni leurs commerces (FLAUB., Champs et grèves, 1848, p. 346).
) [Le suj. désigne souvent une entité concr. ou une partie du corps, d'un organe] Lier matériellement. Synon. attacher, enchaîner, joindre, relier. Avec le temps, les larges membranes qui unissent les doigts des canards, des oies, etc., se sont formées telles que nous les voyons (LAMARCK, Philos. zool., t. 1, 1809, p. 249).
b) Qqn1/qqc.1 unit qqc.2 à/avec/et qqc.3 Faire communiquer, se toucher. Synon. joindre, rapprocher, rejoindre, réunir. Unir leurs mains, leurs lèvres. Ses épais sourcils (...) étaient tellement rapprochés, qu'il suffisait pour les unir d'un simple froncement (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 2, 1859, p. 89).
c) Relier par un moyen de communication. Synon. desservir, joindre, relier. Il arrêtait l'heureuse et hardie mesure d'unir le golfe de Venise et celui de Gênes, à l'aide du Pô et d'un canal qui, partant d'Alexandrie, eût gagné Savone au travers de l'Apennin (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 263). Tramways. Lignes intérieures. (...) La ligne Montrouge-Gare de l'Est, dessert l'une des plus grandes artères de la ville. Elle relie le Sud au Nord et coupe l'agglomération en deux portions presque égales. Elle unit des quartiers en plein développement, au centre des affaires et du travail (ALBITRECCIA, Gds moyens transp., 1931, p. 70).
d) Qqc.1 unit qqc.2 à/avec qqc.3 Constituer un élément de liaison. De même que les colonnes d'un temple, émergeant seules du sable, montrent encore les vestiges de la table qui s'est éboulée, ainsi ces piliers solitaires témoignent d'un vaste plateau qui les unissait autrefois (SAINT-EXUP., Terre hommes, 1939, p. 174).
e) Littér. Qqn unit qqc.1 à qqc.2 Faire coopérer. Synon. allier, joindre, marier (v. ce mot II). Apporte de Selma la harpe secourable; Unis ta voix légère à mes tristes accents: Le barde va chanter un combat mémorable (BAOUR-LORMIAN, Ossian, 1827, p. 66).
f) Qqn/qqc.1 unit qqc.2 à/avec/et qqc.3 Posséder à la fois, faire coexister deux caractères, deux qualités très différentes, le plus souvent contrastés. Synon. ajouter, allier, associer, joindre. Digne neveu d'Innocent III, il sut unir toujours la justice et la fermeté (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p. XVIII). On retrouve pareillement en lui cette race d'entraîneurs d'hommes qui sait unir la méthode à l'élan (BORDEAUX, Fort de Vaux, 1916, p. 51).
— [Le compl. d'obj. est un subst. au plur.] Unir les contraires. La doctrine qu'on prônait était un éclectisme aristocratique, qui s'efforçait d'unir les caractères distinctifs de trois ou quatre grandes époques musicales, du VIe au XXe siècle (ROLLAND, J.-Chr., Foire, 1908, p. 695).
B. — Rare. [Le compl. d'obj. est un subst. sing.] Qqn/qqc.1 unit qqc.2 Rendre égal, uni, supprimer les aspérités de. Synon. aplanir, égaliser, lisser, planer1, polir. Je ne vous croyais pas si jeune. Où diable avez-vous vécu? Vous êtes un caillou non uni par les frottements (STENDHAL, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 102). Une lumière de lune (...) qui adoucit la ride, unit le teint, baigne le contour (PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p. 117).
II. A. Empl. pronom.
1. [Le suj. au plur. désigne des entités concr., des éléments] Se trouver ensemble pour former un tout. Synon. adhérer, se confondre, se fondre, se joindre, se mêler. Le surplus d'une fontaine chante en deux sources. Elles tombent du roc et le vent les éparpille. Elles pantèlent sous l'herbe, puis s'unissent et coulent ensemble sur un lit de jonc (GIONO, Colline, 1929, p. 9). Les cellules fixes, qui s'unissent pour former les organes (CARREL, L'Homme, 1935, p. 86).
Rare. [Le suj. est un subst. sing. coll.] Le chaos tourbillonnant de la barbarie, qui, dès Attila, dès Théodoric, voulait se fixer et s'unir, trouva son centre en Charlemagne (MICHELET, Introd. Hist. univ., 1831, p. 422).
2. [Le suj. au plur. désigne des entités abstr. ou douées de vie] Être associé de façon harmonieuse. Synon. s'harmoniser, se marier (v. ce mot II). On ne sait si c'est le soleil encore ou si c'est déjà la Grâce, Tant la nature et l'esprit s'unissent en de subtils accords! (CLAUDEL, Feuilles Saints, 1925, p. 615).
Rare. [Le suj. est un indéf.] Concourir. Environ la trentaine, tout semblait s'unir pour abattre ma confiance naïve en la vie (BLANCHE, Modèles, 1928, p. 5).
3. [Le suj. au plur. désigne deux ou plusieurs caractères différents] Exister ensemble. Synon. s'allier, s'associer, cohabiter, se concilier, s'enchaîner. Un type de héros en qui s'unissent l'aptitude à l'action, la culture et la lucidité (MALRAUX, Conquér., 1928, p. 163).
B. — Empl. pronom. réfl.
1. Qqn1 s'unit à qqn2; qqn1 s'unit avec qqn2 (plus rare)
a) Être en communion avec; se joindre à. Synon. s'associer à, communiquer avec. S'unir à Dieu; Dieu s'unit à l'humanité; s'unir de cœur, d'intention à qqn. Pompée voulant faire confirmer tout ce qu'il avait fait en Asie, malgré Cicéron, Lucullus et Caton, il s'unit étroitement avec Crassus et César (MICHELET, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 232).
Absol., rare. Le Christianisme sauve, avec les droits de la pensée, l'aspiration essentielle de toute mystique: s'unir (c'est-à-dire devenir l'Autre) en restant soi (TEILHARD DE CH., Milieu divin, 1955, p. 139).
— [P. méton.; le compl. désigne une action] Il a ressenti l'effroi de l'univers et de la vie. Il s'est uni à la communion des vivants et des morts (BARRÈS, Cahiers, t. 7, 1909, p. 199).
P. anal. [Le suj. désigne qqc.] C'était (...) en nous et par nous que la nature connaissait Dieu, et non seulement l'adorait, mais s'unissait à lui dans l'Eucharistie (MAURIAC, Journal 1, 1934, p. 89).
b) En partic. Épouser; vivre avec; avoir des relations sexuelles avec. Elle était convaincue qu'elle trouverait le bonheur en s'unissant avec lui; mais elle ne pouvait l'épouser qu'en montrant son acte de naissance (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 54). Et le mâle s'était uni à la femelle, le peuple est né, Que tu gouvernes avec sagesse selon les règles de la Musique et le précepte de l'Antiquité (CLAUDEL, Repos 7e jour, 1901, I, p. 798).
2. Qqc.1 s'unit à/avec qqc.2
a) [Le suj. désigne une chose, notamment une partie du corps ou d'un organe] Communiquer avec, se joindre à. Synon. s'attacher à, coopérer. Un corps s'unit (chimiquement) à un autre. Chacune des apophyses, tant épineuses que transverses, a aussi un petit ligament qui l'unit à celle qui la précède ou qui la suit. La dernière vertèbre s'unit absolument de la même manière avec l'os sacrum (CUVIER, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 154).
b) Littér. Exister en même temps que, coopérer avec. Synon. s'allier à, se joindre à, se marier à (v. ce mot II). Le murmure des invités s'unit au bruissement des pas qui foulaient le sable (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 408).
c) [Le suj. et le compl. désignent deux qualités distinctes, voire opposées] Exister en même temps que. Synon. s'ajouter à, s'allier à, s'associer à, se joindre à. Il venait de composer une recette, en vers, où ses idées de vieux militant s'unissaient à des conseils de cuisinier (DABIT, Hôtel Nord, 1929, p. 195).
C. — Empl. pronom. réciproque
1. Qqn1 et qqn2 s'unissent (l'un à l'autre/entre eux)
a) Créer et entretenir des liens affectifs réciproques, s'entendre. Synon. s'accorder. Ainsi le maître et le disciple s'unissent-ils l'un à l'autre sous l'ascendant et dans un réciproque amour d'une même et commune vérité (BLONDEL, Action, 1893, p. 243). Jésus se tient au bord de la tombe et frémit (...). Là où les Trois Personnes de la Trinité S'unissent dans le lien suprême, Le froid de la mort a pénétré et l'Évangile nous dit qu'Il se troubla Lui-même (CLAUDEL, Visages radieux, 1947, p. 789).
b) En partic. [Le suj. désigne un homme et une femme] Se marier; vivre ensemble; avoir des rapports sexuels. Joseph fut fiancé à Marie. L'intention de cette coutume est de laisser aux deux époux le temps de se connoître avant de s'unir (CHATEAUBR., Génie, t. 1, 1803, p. 73). Une galerie par laquelle on arrive à une chambre où nous nous unissons, pied à pied, tête à tête (ÉLUARD, Donner, 1939, p. 39).
P. anal. [Le suj. désigne des animaux] S'accoupler. Les animaux sont ardents à s'unir selon leurs guises; mais il s'en faut que les divers hymens des quadrupèdes, des oiseaux, des poissons et des reptiles égalent en vénusté les noces des arbres (A. FRANCE, Île ping., 1908, p. 107).
c) Avoir des liens sociaux réciproques (entre personnes ou entre groupes), vivre dans l'entente, dans la concorde; faire œuvre commune. Synon. s'accorder, s'associer, s'entendre, se rapprocher, se rassembler, se solidariser. S'unir pour collaborer, pour faire qqc., pour la défense de qqn, contre qqn; s'unir davantage, étroitement, intimement. Il faut que nous acceptions de nous unir fraternellement afin de guérir la France blessée (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 623).
d) [Le suj. au plur. désigne des États, des pers. physiques ou morales ] S'associer politiquement ou économiquement. Synon. collaborer, se fédérer. Les artisans commencent à sentir le besoin de s'unir et forment leurs premières associations (DURKHEIM, Divis. trav., 1902, p. XI). V. prolétaire I B 2 b ex. de Martin du Gard.
2. [Le suj. au plur. désigne des parties du corps] Se mettre en contact. Synon. se joindre, se rapprocher. Lèvres, mains, doigts qui s'unissent. Une grille séparait les deux quartiers; mais les barreaux n'en étaient pas assez rapprochés pour empêcher les mains de se joindre et les bouches de s'unir (A. FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p. 242).
Rem. gén. La loc. pléonastique unir ensemble est att. dans la docum. par qq. ex.: Deux amis, l'un d'Athènes et l'autre de Corinthe, ont résolu d'unir ensemble leur fils et leur fille (STAËL, Allemagne, t. 2, 1810, p. 202). Un nouveau sceptre qui s'étendrait sur le monde entier, et lui rendrait l'âge d'or, en fondant et unissant ensemble tant de peuples absorbés dans l'empire, mais non identifiés jusque-là (P. LEROUX, Humanité, 1840, p. 737).
REM. Unissable, adj. Qui peut être uni (à quelque chose). Maintenir strictement le principe de la non-individualité de l'âme en tant que telle, car deux formes de ce genre qui seraient numériquement distinctes en tant que formes, c'est une absurdité; elles ne le sont pas même en tant qu'unissables à des corps différents (GILSON, Espr. philos. médiév., 1931, p. 206).
Prononc. et Orth.:[], (il) unit [yni]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. Fin Xe s. « établir des liens affectifs entre des personnes », ici part. passé adj. (Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 276: en caritad toz es uniz); 1538 unir (EST.); 2. ca 1180 « assembler, rapprocher étroitement des éléments de façon à former un tout » unir un cunte « réunir les données d'un récit » (THOMAS, Tristan, éd. B. H. Wind, D, 836); ca 1200 uniz part. passé adj. (Dialogue Grégoire, éd. W. Foerster, p. 131, ligne 17); 3. 1371 « associer par un lien politique » (Lettres qui portent que le comté d'Auxerre ... sera uni à la couronne ds Ordonnances des Rois de France de la 3e race, t. 5, p. 415: nous avons Approprié, unie & annexé); 4. 1594 « associer, joindre ensemble » (P. PITHOU, 61 ds LITTRÉ); 1616 [éd.] pronom. (D'AUB., Hist., II, 193, ibid.); 5. 1644 trans. « lier par le mariage » (CORNEILLE, Rodogune, V, 3, 1592); 1669 pronom. (RACINE, Britannicus, II, 2, 477); 6. 1660 « créer le rapprochement, la concorde » (CORNEILLE, Toison d'or, 356, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. VI, 270); 7. 1727 « établir une communication entre deux choses » canaux ... qui unissent les villes entre elles (RAMSAY, Voyages de Cyrus, p. 178). II. 1. Ca 1170 uni part. passé adj. « sans variété, sans changement » sa volente est tuz jours unie (Rois, éd. E. R. Curtius, I, XV, 11, p. 29); 2. a) ca 1480 id. « dont la surface ne présente pas d'inégalités; dont le relief ne présente aucun accident » et sur terre unie ... sommes abordez (Myst. Vieux Testament, éd. J. de Rothschild, 6127, t. 1, p. 237); d'où b) 1567 subst. à l'uni (J. MARTIN, Arch. Vitruve, p. 52 v°; les ouvriers [...] coupperent à l'uni des parois les sorgects des dictes solives); c) 1539 unir et applanir (EST.); 3. 1640 part. passé adj. « qui n'est agrémenté d'aucun ornement » (OUDIN Curiositez ; habit tout Uni, simple, sans ornement); 4. 1625 id. cheval uny (PLUVINEL, L'Instruction du Roy en l'exercice de monter à cheval, Paris, M. Nivelle, p. 49); 5. a) 1669 id. « d'humeur égale » je suis si unie, si tranquille et si reposée (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 114); b) 1727 « qui se comporte d'une manière naturelle, sans recherche ni affectation » le plus simple, le plus uni [des] hommes (BOISSY, Le Français à Londres, p. 38); 6. 1732 « qui est d'une seule couleur » drap tout uni (LESAGE, Hist. de Gil Blas, p. 548); d'où subst. 1783 l'uni « étoffe d'une seule couleur » (MERCIER, Tableaux de Paris, p. 44). Empr. au lat. d'époque impériale « unir », dér. de unus, v. un1. Fréq. abs. littér.:2 913. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 7 404, b) 2 516; XXe s.: a) 2 466, b) 3 240.

unir [yniʀ] v. tr.
ÉTYM. V. 1190; unir un conte « réunir les éléments d'un récit », v. 1165; lat. unire, de unus « un ».
———
I Mettre avec ou mettre ensemble de manière à former un tout, une réunion perçue comme une.
1 (Rare en emploi concret). Mettre ensemble (les éléments d'un tout). Agglutiner, agréger, amalgamer, assembler (cit. 3), attacher, confondre, fondre, fusionner, joindre, lier, marier, mélanger, mêler, raccorder, réunir, souder. || Unir une chose à une autre, avec une autre; unir plusieurs choses (ensemble, emploi critiqué). || Unir une province à un pays. Annexer. || Unir par deux, par couples. Apparier, coupler.
1 (Le) mystère du Rédempteur, qui unissant en lui les deux natures, humaine et divine, a retiré les hommes de la corruption du péché pour les réconcilier à Dieu en sa personne divine.
Pascal, Pensées, VIII, 556.
2 Cette unification de la France, cet anéantissement de l'esprit provincial est considéré fréquemment comme le simple résultat de la conquête des provinces. La conquête peut attacher ensemble, enchaîner des parties hostiles, mais jamais les unir.
Michelet, Hist. de France, III.
2 a Faire exister, vivre ensemble (des personnes). || La destinée unit brusquement ces deux existences (cit. 31) déracinées. || Unir sa destinée à celle de qqn. Enchaîner (→ ci-dessous s'unir).(XVIIe). Spécialt. || Unir deux jeunes gens. || C'est le prêtre qui les a unis. Marier.
3 Plus on les veut brouiller, plus on va les unir.
Racine, Andromaque, I, 1.
b (1538). Sujet n. de chose. Constituer l'élément commun, la cause de l'union (des personnes). Allier, assembler, assortir; associer, conjuguer, joindre, lier, rapprocher, rassembler. || Affinité, lien, nœud (fig.), rapport, relation qui unit des êtres. || Sentiment qui unit deux êtres. || L'amitié, l'affection, l'amour, l'intérêt qui les unit. || L'amitié qui m'unissait à lui (→ Maldonne, cit. 2). || L'amour indestructible (cit. 4) qui unit parents et enfants.(Principes moraux, religieux et formes sociales qui les sanctionnent). || Ce qui unit les membres de la famille (cit. 3) antique (→ aussi Chaîne, cit. 7). || « Deux êtres que dans l'ombre unit un saint mystère » (→ Ciel, cit. 48).
(Liens sociaux). || Les choses qui unissent les citoyens, entre eux et avec leur patrie (cit. 1). || La grandeur (cit. 30) d'un métier est d'unir les hommes.Un certain romantisme… les unissait en une sorte de caste (→ Aristocratie, cit. 10).
4 Je pense à tant de conciliateurs qui appliquaient une pauvre méthode trop connue : « Retenons ce qui nous unit; oublions ce qui nous divise ». Pour mon compte, je n'ai jamais vu aucun bien ni aucun progrès sortir de la conciliation; c'est plutôt la commune sottise que la commune sagesse qui se trouve rassemblée par ce moyen.
Alain, Propos, 7 déc. 1921, Christianisme et socialisme.
3 (Mil. XVIIe). Associer par un lien politique, économique, sans fondre les éléments en une unité (II., c). || Unir deux États, deux pays, deux provinces. Allier, fédérer, réunir.(Sujet n. de chose). Constituer un principe d'union. || Le lien fédéral (cit. 1) qui unit les parties d'un vaste empire.Par ext. (en parlant d'un principe abstrait). || La solidarité qui unit les parties d'un monde (cit. 3).
4 (Abstrait). Mettre en communication; faire se toucher. Joindre, rapprocher, réunir.
5 (…) la nature, dans l'enchaînement méthodique des innombrables anneaux de sa création, n'a point laissé d'espace vide. Ainsi le lichen tenace qui s'identifie avec le rocher unit le minéral à la plante; le polype (…) unit la plante à l'animal; le pongo (orang-outan), qui pourrait bien devenir éducable (…) unit le quadrupède à l'homme.
Ch. Nodier, Contes, « Fée aux miettes », I.
Unir des mots pour former des phrases. Agencer, associer, attacher.
(Sujet n. de chose). Constituer un lien entre deux ou plusieurs concepts. Relier. || Conjonction qui unit ( Copulatif).
(Concret). Rare. Unir deux pièces de bois par un assemblage, une charnière.(Sujet n. de chose). Constituer un élément de liaison. || Des trottoirs de planches unissent les maisons les unes aux autres (→ Pilotis, cit. 1). || Articulation qui unit deux os; ligament qui unit deux éléments. Unitif.
5 Relier par un moyen de communication. Desservir. || Ligne aérienne qui unit deux continents.
6 Littér. Faire exister en même temps. Allier, fiancer (supra cit. 2). Faire entendre. || « Unissez en votre musique la flûte à la viole et la lyre au tambour » (→ Harmonieux, cit. 1).
———
II Posséder à la fois (deux ou plusieurs caractères nettement différents et souvent en opposition). Ajouter, allier, associer, joindre. || Unir les qualités les plus opposées (→ Drame, cit. 5; et aussi faisceau, cit. 2; historien, cit. 3). || Unir le familier (cit. 16) au rare; la nonchalance et la vivacité (→ Forme, cit. 26).
———
III (1539; de uni ci-dessous). Rare. Rendre uni. Aplanir, égaliser, polir. || Unir une surface, une teinte.
——————
s'unir v. pron.
A (Récipr.).
1 (Choses). Ne plus former qu'un tout. Fondre (se), joindre (se), mêler (se); composer (se). || Organismes (cit. 3) élémentaires distincts qui s'unissent, se soudent et se groupent. || Les lois quantitatives (cit. 1) suivant lesquelles les corps simples s'unissent. || Tendance de deux atomes à s'unir (→ Saturer, cit. 1).Rivières qui s'unissent en mêlant leurs eaux ( Confluer).
2 (Fin XVIe). Sujet n. de personne. || S'unir, puis se brouiller (cit. 23).Spécialt. (Par l'union sexuelle, le mariage). || Les mâles et les femelles s'unissaient fortuitement (cit. 1). Prendre (se prendre).
6 (…) je suis ravi que vous soyez unis ensemble. Je la félicite d'avoir (…) un mari comme vous (…)
Molière, le Médecin malgré lui, II, 2.
Mod. Faire cause commune. Associer (s'), coaliser (se), solidariser (se); → Fédération, cit. 5. || « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous » (→ Communiste, cit. 2). || S'unir contre l'agresseur, contre un ennemi. Bloc (faire). || S'unir pour atteindre un but. Concourir.(Au sing. collectif). || Peuple, nation qui s'unit pour faire face à l'envahisseur.
3 S'associer politiquement, économiquement. || Groupes, sociétés; États, nations qui s'unissent.
B (Sens passif).
1 Se trouver ensemble, de manière à communiquer. Joindre (se); adhérer. || Les pièces du squelette s'unissent… (→ Article, cit. 1; articulation, cit. 1). || Les cellules (cit. 7) s'unissent pour former les organes.Couleurs qui s'unissent harmonieusement. Associer.
2 (Abstrait). || Qualités différentes, opposées, qui s'unissent en un même sujet. || Idées qui s'unissent sans peine. Enchaîner (s'), marier (se).
7 (…) l'intérêt s'unissait à l'humanité pour conseiller des concessions.
Fustel de Coulanges, la Cité antique, IV, VI.
C (Sens réfl.). || S'unir à…, avec…
1 (Choses). || Esprit (cit. 54) capable de s'unir à Dieu (→ aussi Perdre, cit. 56, Bossuet).(Personnes). || S'unir à, avec qqn. || Chacun s'unissant à tous (→ Association, cit. 6).S'unir avec une femme (→ 1. Lever, cit. 10), avec un homme : épouser; avoir des relations sexuelles avec; vivre avec (selon les contextes).
8 C'est un tombeau de famille, dont la légende s'arrête à un abbé. — Il reste ensuite des filles qui s'unissent à des bourgeois. — Tel a été le sort de la plupart des anciennes maisons.
Nerval, les Filles du feu, « Angélique », XI.
2 (Choses). Se trouver avec… (en même temps que…). || Les acteurs, dont l'art s'unit à celui du poète dramatique (cit. 7). || Cette vivacité qui s'unit à une nonchalance (cit. 7) pleine de grâce.
——————
uni, ie p. p. adj.
ÉTYM. (V. 980, en parlant des personnes).
———
I
1 Qui est avec (uni à, avec) ou qui sont ensemble (unis) de manière à former un tout ou à être en union, en association. Confondu (→ Accessoire, cit. 2). || L'homme, nature (cit. 6) intelligente unie à un corps.Cœurs unis (par le sentiment, l'affection, l'amour). || Indissolublement (cit. 1) unis. || Unis par le mariage (cit. 4, Code civil). Joint.Société (cit. 5) d'hommes unis ensemble. Union (II.). || Les Francs (cit. 1), unis par l'amour de la liberté. || « Et tous unis, fumez (1. Fumer, cit. 24) le calumet de paix. » Concorde. — ☑ Loc. Unis comme les deux doigts de la main ( Accord).Diviser (cit. 9) ceux qui étaient unis.
9 Les orateurs, unis pour détruire, ne s'entendaient ni sur les chefs à choisir, ni sur les moyens à employer (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. II, p. 16.
10 Quand, la main à la main, et l'âme à l'âme unie,
On ne fait plus qu'un être (…)
A. de Musset, Premières poésies, « La coupe et les lèvres », II, 3.
Spécialt. (Groupes, États, sociétés,… : formant un nom propre). || Les Provinces-Unies. || Les États-Unis d'Amérique. || Les Nations Unies : l'organisation des Nations Unies (O. N. U.).
2 (Fin XIIe). Qui est en communication; joint, réuni.(Concret). || Les talons unis, le corps droit (→ Haltère, cit. 1). || Les deux aiguilles, unies à minuit (cit. 3).(Abstrait). || Deux noms si souvent unis (→ Aspect, cit. 26). || Des activités qui étaient longtemps restées unies (→ Spécialisation, cit. 2). Connexe. || Science et sagesse unies en un même sujet (3. Sujet, cit. 18).
3 Qui est formé d'éléments liés; qui constitue une union, une unité. || Toute puissance est faible à moins (cit. 34) que d'être unie. || Présenter, opposer un front uni. || Le Royaume-Uni (de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord).
4 (Personnes; groupes). En bonne entente; qui est dans la concorde. || Couple uni. || Un ménage (cit. 12) tendrement uni. || Une famille vivant unie de corps et d'esprit (→ Individualisme, cit. 9).
———
II (1530; oni, onni, déb. XIIIe). Dont les éléments sont semblables; qui ne présente pas d'inégalité, de variation apparente. Cohérent, homogène. || « Nous estimons net (cit. 12) ce qui, étant uni en soi-même, n'est corrompu par aucun mélange ».
1 (En parlant d'une surface). Égal (cit. 31); lisse, nivelé, plain, plan (adj.), plat (→ Aplanir, cit. 1). || Sable (1. Sable, cit. 1) uni et fin. || Mer unie, qui n'est pas agitée (→ Mer d'huile).
11 Sa peau, d'ailleurs parfaitement unie, approchait fort de la teinte du cuivre.
Mérimée, Carmen, II.
Bot. || Tige unie (par oppos. à cotonneux, etc.). Glabre.
(1787). Qui présente une couleur, un aspect uniforme. || Couleur unie. || « Le bleu uni du ciel inaltérable » (→ Bourdonnement, cit. 3). || Mousselines (cit. 1) unies ou rayées. || Teint uni. || Miroir uni, poli. Net.Étoffe unie, tissu uni, et, n. m., de l'uni : tissu non ouvré, lisse et d'une seule couleur. || Velours uni. || De l'imprimé et de l'uni.
(1640). Spécialt. Sans ornement (qui romprait l'uniformité d'aspect). || Tailleur tout uni (→ Gainer, cit. 1); robe unie. || Un vêtement uni et tout simple.N. m. (1845). Étoffe, tissu d'une seule couleur, sans dessin. || Porter de l'uni.
2 (Déb. XVIIIe, Saint-Simon). Vx. Qui est simple et naturel. || Gens simples et unis (Marivaux, in Littré).Ordinaire, sans rien de remarquable (Mme de Sévigné).
3 (V. 1170). Qui s'écoule sans changement notable. Calme, monotone, tranquille, uniforme. || Vie unie (→ Agnosticisme, cit. 1; envelopper, cit. 25; monotonie, cit. 3).
12 (…) un bonheur tout uni nous devient ennuyeux; il faut du haut et du bas dans la vie (…)
Molière, les Fourberies de Scapin, III, 1.
13 J'ai beau chercher, je n'ai rien qui vaille la peine d'être rapporté; — ma vie est la plus unie du monde, et rien n'en vient couper la monotonie.
Th. Gautier, Mlle de Maupin, I.
4 Adv. (1694). D'une manière égale. || Raboter uni.
5 Loc. adv. (XVIIe). Vx. || À l'uni : au même niveau.
CONTR. Désunir; désaccorder, détacher, disjoindre, diviser, éloigner, enlever, fractionner, isoler, opposer, séparer. — Casser, concasser, écraser… — Abstraire, analyser. — (Du sens III) Bossuer, creuser…; contrarier (les couleurs).(Du p. p.) Abrupt, accidenté, anfractueux, âpre, cahotant, cahoteux, inégal, raboteux, rude, rugueux; bigarré, chamarré, décoré, orné, ouvragé, ouvré.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • unir — unir …   Dictionnaire des rimes

  • unir — Unir, Allaeuare, Laeuigare, Ad aequalitatem redigere. Unir et applanir du bois, Dolare. Unir à soy quelqu un, Conciliare sibi animum alicuius. Qui par sa parole unit et conjoint les uns aux autres, Conciliator. Unir et faire de deux un, Adunare.… …   Thresor de la langue françoyse

  • unir — Unir. v. a. Joindre en un. Unir deux terres ensemble. unir à un fief. ils ont uni leurs forces. leurs armées. on a uni ces deux charges, ces deux fiefs, ces deux benefices. cela a esté uni au Domaine. Il se dit fig. Des personnes qui ont liaison… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • unir — Se conjuga como: partir Infinitivo: Gerundio: Participio: unir uniendo unido     Indicativo   presente imperfecto pretérito futuro condicional yo tú él, ella, Ud. nosotros vosotros ellos, ellas, Uds. uno unes une unimos unís unen unía unías unía… …   Wordreference Spanish Conjugations Dictionary

  • uñir — (Del lat. iungĕre). 1. tr. León, Sal.), Vall.), Zam.), Arg. y Ur. uncir. 2. ant. Unir, juntar. ¶ MORF. conjug. actual c. mullir …   Diccionario de la lengua española

  • unir — (en química) combinar moléculas utilizando grupos reactivos de las moléculas o un compuesto químico de enlace. Diccionario Mosby Medicina, Enfermería y Ciencias de la Salud, Ediciones Hancourt, S.A. 1999 …   Diccionario médico

  • unir — v. tr. 1. Tornar um, confundir num só (dois ou mais objetos). ≠ DESUNIR 2.  [Figurado] Associar; ligar; juntar; aproximar; tornar unidos (falando das pessoas). ≠ AFASTAR, SEPARAR 3. Estabelecer comunicação entre. 4. Aliar; reunir. ≠ AFASTAR,… …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • unir — (Del lat. unīre). 1. tr. Juntar dos o más cosas entre sí, haciendo de ellas un todo. 2. Mezclar o trabar algunas cosas entre sí, incorporándolas. 3. Atar o juntar una cosa con otra, física o moralmente. 4. Acercar una cosa a otra, para que formen …   Diccionario de la lengua española

  • unir — (u nir) v. a. 1°   Rendre un. •   Il faut les [emplois civils et militaires] unir dans la république, et les séparer dans la monarchie, MONTESQ. Esp. v, 19. •   Le Dauphiné fut uni à la France en 1349, DUCLOS Oeuv. t. v, p. 65. 2°   Joindre… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • UNIR — v. a. Joindre deux ou plusieurs choses ensemble. Unir deux tuyaux par leurs extrémités. Unir deux pièces de métal par une soudure. Unir un mot à un autre, avec un autre. Unir deux mots par un tiret, pour n en former qu un seul. Unir l Océan à la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)